Image Alt

Togo : Sanlantoda (les chenilles de karité)

Togo : Sanlantoda (les chenilles de karité)

Je me souviens encore de la première fois que j’ai présenté les chenilles de karité à mes camarades de classe, j’avais eu droit à plusieurs réactions: certains étaient dégoûtés tandis que d’autre étaient tout excités à l’idée d’y goûter, d’autres encore étaient curieux ou complètement apeurés.

Et cette question que les plus dégoutés ou les plus apeurés ne pouvaient s’empêcher de me poser: « Comment peux-tu manger cela ? ». Je me contentais de sourire ; ils n’y avaient pas goûté, ils ne pouvaient pas savoir.
Je suis originaire de la ville de Dapaong, au nord du Togo, et chez nous, nous consommons ce qu’on appelle en moba Sanlantoda (chenille de karité). Ils sont consommés aussi au Mali (CHITOUMOU) et au Burkina Faso

Il est claire que la perspective de manger un insecte pareil peut dégoûter plus d’un (il faut dire que l’aspect de ce dernier n’arrange pas les choses), cependant, ceux qui ont eu le courage et la chance d’en consommer peuvent en témoigner: sautées, frites ou en sauce, les chenilles de karité sont un véritable régal. Goûtez et vous en redemanderez.

Mais, ce n’est pas tout, cet insecte est aussi, selon les scientifiques, une vraie richesse nutritionnelle. Elles sont riches en calcium, potassium, en vitamines A et E, en phosphore, magnésium et fer. Par contre, leur consommation est recommandée avec modération à cause de leur richesse énergétique et protéique.

Alors dites-moi, les chenilles de karité, ça vous dit? Ne serait-ce que pour leur richesse nutritionnelle ?

 

Sanlantoda (shea caterpillars)

I still remember the first time I introduced shea caterpillars to my classmates, I had several reactions: some were disgusted while others were all excited about it taste, still others were curious or completely scared.

And this question that the most disgusted or the most afraid of couldn’t help asking: “How can you eat this? I just smiled; they hadn’t tasted it, they couldn’t know.

I am from the city of Dapaong, in northern Togo, and at home we ingest what is called moba Sanlantoda (shea caterpillar). They are also consumed in Mali (CHITOUMOU) and Burkina Faso

It is clear that the prospect of eating an incest like this can turn off more than one (it must be said that the appearance of the latter does not help matters), however, those who have had the courage and the luck to ingest can testify: stir-fried, fried or in sauce, shea caterpillars are a real treat. Taste and you will want more.
But that’s not all, this insect is also, according to scientists, a real nutritional wealth. They are rich in calcium, potassium, vitamins A and E, phosphorus, magnesium and iron. On the other hand, their consumption is recommended in moderation because of their energy and protein richness.

So tell me, shea caterpillars, how do you like it? Would this only be for their nutritional richness?

Article traduit par Tchablitiene Edwige BLINANI

Poster un commentaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit sed.

Follow us on